Un peu de poésie

Sur un bateau, quelque part dans la mer Égée.

« C’est un vieil homme qui a la taille et les mains d’un petit garçon. On pourrait facilement le prendre pour un Africain, tant sa peau est sombre et son sourire éclatant.
Comment en sommes-nous arrivés à parler des femmes ? Il s’est souvenu d’un grand amour qu’il avait vécu des années auparavant.
– Notre amour s’est achevé tristement, a-t’il conclu. Elle est partie en me disant « Il faut m’oublier ».
Il avait perdu son sourire. Il s’est tu un moment, penché sur son plat auquel il n’avait pas touché. Je suis certain qu’il n’aurait rien ajouté d’autre à propos de ce drame si je n’avais pas eu la bonne idée de lui poser cette question :
– Et toi, qu’est-ce que tu lui as répondu ?
– Je lui ai dit : « Je t’oublierai tous les jours » a-t’il ajouté d’une voix éteinte.

J’ai noté scrupuleusement cette phrase dans ma mémoire, comme si je savais déjà que j’en aurais besoin un jour ».

Vassili Alexakis – « Je t’oublierai tous les jours »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s